Archives

COMMUNAUTE POUR LES NULS : la lettre H

 le G s’est dérobé et dérogé….et voici venir le H… EUH…

 

“Je suis dans le néant, dans un grand clach

dans les tribunes du Zénith

entre les joueurs et le match

mes neurones jouent au catch

je viens de boire un kirsh

et même en avalant un sandwich

mon cerveau n’est plus mon coach

une histoire à raconter ? pouah

je n’ai rien, le H me scotch

je n’arrive pas à obtenir de flash

du repos, je dois avoir besoin, plus que des math,

qu’écris je, j’aurais carrément besoin d’un bon lunch !”

Agnès

 

 

Jeu communauté des croqueurs de mots: un jour j’avais écrit : Le balai de la sorcière

C’est le défi 28 de Tricotine que j’ai choisi

 

“Dans le grenier de ma grand’mère,

une malle, des livres, des bougies,

se dressait un drapet rouge sur l’établi,

aussi un balai et un bonnet vert….

 

Dans le grenier de ma grand’mère,

j’ai rencontré une sorcière,

de ses phrases, elle gloussait,

“la nuit et le jour, je te transformerai”.

 

Dans le grenier de ma grand’mère,

tout bas, je chantais hou ! hou !

restant derrière un meuble dans un trou,

je regardais les gestes de la sorcière.

 

Dans le grenier de ma grand’mère,

 je me suis littéralement aventurée,

à toucher, son magique balai,

mais de mon envol, je suis tombée par terre…”

 Balai : Illustration of an excited cleaner sweeping dust with a broom in a joyful way

Agnès

Défi 132 proposé par DOMI : trouver une expression et créer une poésie

LES CROQUEURS DE MOTS….

_PAPILLON1PAPILLON2PAPILLON3(quelques unes de mes propres photos de ce papillon sur ma propre main)

 

EXPRESSION : “MEME POUR LE SIMPLE ENVOL D’UN PAPILLON TOUT LE CIEL EST NECESSAIRE” Paul Claudel

 

VOLE VERS L’HORIZON MON JOLI PAPILLON

 

Les ailes au printemps

se déployaient dans le vent

joli papillon, une vie éphémère,

trop bref passage sur cette terre…

 

De fleur en fleur, tu voltiges,

de tous les parfums, tu t’enivres,

du manque de temps, tu ne te poses,

volant toujours, effleurant les choses..

 

Et voici qu’un matin,

t’installant sur ma main,

tu n’as plus voulu repartir,

sur mes doigts, tu te laissais blottir.”

Agnès

 

 

JEU 132 : Les Croqueurs de mots : expression à trouver

 

 

   Domi nous demande de trouver une expression, faire une poésie avec, mais à notre sauce…..

 

Alors après “mon poil de sec”….  dont personne ne savait exactement où il se trouvait…

Voici que j’ai trouvé un autre poil…et oui… “DANS LA MAIN“…

 

“Rien, j’ai décidé du rien,

quand ? le soir ou le matin !

et la journée, faire ?

non, ni fécal, ni urinaire….

Rien, j’ai décidé du rien,

mon lit puis le canapé,

je resterai ainsi allongée,

je ne veux même pas un câlin.

Rien, j’ai décidé du rien,

jusqu’au bout, paresseuse, fainéante,

amener des réflexions pertinentes,

me fatigue la tête et les deux mains.

un seul poil ou un balai brosse ? 

les deux, je suis une sale gosse…

main, poil, j’ai décidé du rien

ces quatre lettres me vont bien !”

Agnès

 

 

 

 

 

 

JEU 132 : LES CROQUEURS DE MOTS

Pour ce défi, Domi est à la barre…. Elle nous demande une expression connue et de l’expliquer à notre sauce…

 

Voici l’expression que j’ai trouvée :AVOIR UN POIL DE SEC”

Et bien, là, je ne sais pas où se situe ce poil !

Tu peux me l’arracher si tu l’as trouvé : Même pas peur !!!

Ce fut court hein ! mais sec !!…

Agnès

 

LES CROQUEURS DE MOTS : défi 131 : chance

Martine nous a proposé un défi : voici le troisième

 

C’est la chance, en mon âme une force a émergé
Quelle chance et soudain mon coeur a chaviré
Alors adieu à ces jours malheureux
Maintenant je sais ce que je veux

C’est la chance, peut-être me verras-tu changer 
Oui, ma chance mais je t’en prie reste à mes côtés
C’est vers la lumière que je veux aller
Et c’est toi mon coeur le sait qui doit me guider 

Oui le ciel baigne mes yeux de ce doux soleil
Et la vie vient me donner toutes toutes toutes ses merveilles
Les ennuis disparaissent derrière l’horizon
Et depuis tout me sourit
Et tout me réussit
Mon coeur s’emplit de mille chansons

C’est la chance, grâce à elle je vais tout surmonter 
Quelle chance, les malheurs seront tous s’écarter
Je dis adieu à ces jours malheureux
La vie réalisera tous mes voeux

C’est la chance, peut-être me verras-tu changer
Oui ma chance, tu ne pourras m’abandonner
C’est vers la lumière que je veux aller
Et c’est toi mon coeur le sait qui doit me guider

Paroles de Kilari”
Agnès

DEFI 131 : la chance

_72147496452

 

Deuxième défi numéro 131 proposé par Martine….

 

 

 

Novice dans le jeu…

 

Un soir, la seule fois où j’ai joué dans un casino

me voici partie avec des copines en métro,

des machines, un peuple, des sonneries,

je parcours les grandes salles, là et ici…

 

Regardant les autres assis, jouant,

je n’osais bouger, je n’osais parler,

je n’osais prendre le devant,

ils étaient tous très concentrés.

 

Soudain, une machine m’appelle,

ma tête se retourne à deux fois,

étonnée, je me dirige vers elle,

mon cœur me dit “ressens et crois”.

 

Je ne comprenais rien en ce jeu

des carottes, des choux fleurs et lapins

mais que devais je faire, enfin !

taper sur des touches couleur feu…

 

Je tapais, je tapais et tapais encore

une sonnerie, une lumière, une pièce sort

puis deux, puis trois, une infinie,

un bol blanc, naturellement, je rempli.

 

J’ai gagné 500 francs, ce n’était pas rien,

je suis repartie sans avoir compris,

ce jeu, amusant les autres, les uns,

et à ce jour, novice, encore, je suis…”

Agnès

 

Les croqueurs de mots : défi 131 : la chance…

Martine nous propose un nouveau défi :

 

roulette électronique

 

LA CHANCE PASSE  de JOE DASSIN

Quand la chance passe,
Elle peut te donner n´importe où son rendez vous
Quand la chance passe
Faut lui glisser du premier coup la corde au cou

La vie passe, impair et manque
Elle va du rouge au noir
Qui peut savoir
Elle fait sauter la banque
Ou te met sur la paille
Quand tu te crois de taille
A changer la Terre
Et que tu fais tout pour lui plaire
Elle se détourne de toi
Et voilà

Quand la chance passe,
Elle peut avoir tous les visages à tous les âges
Quand la chance passe
On la reconnaît pas toujours, c’est comme l’amour

Faites vos jeux,messieurs, mesdames
Les jeux sont faits
Salut, rien ne va plus
Faites vos jeux, et qui perd gagne
Et qui perd vendredi
Dimanche gagnera, bonjour la folie
Il sera le roi de la nuit
Mais il n’aura plus d’amis le lundi”

Agnès

DEFI 130 : thème Horizon

L’horizon n’est pas seulement une ligne imaginaire entre le ciel et la terre…

L’horizon peut également être un domaine qui s’ouvre à l’esprit et à l’activité de quelqu’un : Elargir son horizon

SALTIMBANQUE :

“Ho bel saltimbanque, où es tu donc passé ?

Toi qui amusait petits et grands sur ton chemin

dès l’aube tu te levais, pour eux le matin,

pourquoi t’es tu fait oublier ?

 

 Ho bel saltimbanque, tu n’as plus d’animaux,

de tours de magie, de souplesse d’acrobate,

tu n’as plus de gestes qui épatent,

de phrases dont le sens n’est pas mots.

 

 Ho bel saltimbanque, tu ne “saltare in barco”

de ce talent d’artiste, tu as tourné le dos

 à toutes les villes et les badauds

 tu manques, certains t’imitent par défaut.

 

 Personne sur toi, n’a plus écrit de vers

 nous nous rappelons de Molière ou de Baudelaire,

mais au 21è siècle dans la littérature,

tu n’intéresses que de petites écritures.

 

 Ho bel saltimbanque, je ne t’abandonne,

pour toi, sur une feuille je crayonne,

mes doigts défilent, je regrette,

je voudrais tellement te connaitre.

 

 Ho bel saltimbanque, je ne te verrai pas,

ton siècle n’est pas le mien

mais je voulais… je voulais parler de toi,

dans l’horizon de notre histoire tu es quelqu’un…”

AGNES

communauté des croqueurs de mots : défi 130 : l’herbe et le bêton…

Banksy par punknews - FlickR (cc-by-sa)
Aujourd’hui, dans les grandes villes nous revenons lentement, peut être trop lentement… à la nature.
 
Par la biodiversité : les plantes urbaines sont désormais un observatoire….
Les plantes sauvages rendent les villes plus agréables à vivre..
 
Tragus racemosus (L.) All. (bdtfx) par Olivier NAWROT
 
Les espaces verts tempèrent les canicules, participent à l’absorption des gaz à effet de serre, aident à la dépollution de l’eau et du sol et sont également essentiels au bien-être et à la santé des habitants.
De plus, la richesse de ces espaces dépend des surfaces qui leur sont consacrées, des modes de gestion qui leur sont appliqués et des connexions vertes qui les relient.
En effet, pour assurer leur pérennité, les plantes doivent pouvoir se déplacer en ville ceci grâce à la circulation de leurs graines et de leur pollen. 
C’est pourquoi les friches, les pieds des arbres d’alignement, les jardinières, les toits, les murs ou tout autre interstice urbain sont autant de relais indispensables pour assurer la continuité entre les populations de plantes des squares ou des jardins, des bords de route ou sur le creux des trottoirs….
 
 
sauvages_1
 
Mais malheureusement, nous, nous avons tout de même connu la dégradation des paysages… 
 
béton, béton, béton…!!!
 
Et Jann l’exprime si bien….
 
DE L’HERBE AU BETON paroles de Jann Alexander
 
“Où sont les champs d’autrefois
Etendus à perte de Vue
Les lapins et les cabanes,
Le fermier qui a trop bu

Où sont les sentiers de terre
Les dames en robe à vélo
Où sont partis les gitans?
Dans des pièces où il fait chaud …

Le Monde Change, mon Ami (e)
Le monde change si vite,
Au-dessus les avions,
On passe de l’herbe au béton,
Le Monde change trop vite
Cher(e) ami (e) (bis)

Où est la rivière dorée,
Par les éclats d’un été,
Les grosses vaches quittent nos prés,
Fini les bals de clair de lune,

A quoi bon s’apitoyer,
Cette époque a bien vécu,
Il nous faut une page tournée,
Mettre les pieds dans l’Inconnu(e)

Qui a dit qu’une autoroute
Etait comble de laideur ?
Qui a dit que tout ce qu’arrive, 
Compte forcément pour du beurre?

Prends garde à la Nostalgie, 
Celle-ci remue tes frayeurs,
Notre siècle est dynamique,
Ferme les yeux sur ta douleur …”

 
 
Peut être qu’un jour, tous les trottoirs seront recouverts de différents verts où nous pourrons marcher en caressant l’herbe sous nos pieds… Comme l’herbe qui pousse entre les rails des tramways dans certaines villes…
 
Peut être qu’un jour, toutes les villes prendront les moutons pour égaliser les herbes comme dans certaines villes…
 
Peut être qu’un jour…. Le vert de l’herbe recouvrira de sa plus belle couleur, le gris morose du béton…
 
3574_349_Bouillon-de-culture
 
Agnès