vole, souffle…

« volent les tuiles, les branches,

volent les tables, les chaises blanches,

autour de toi, tout s’envolent, volent, volent, volent

 

 souffle le vent, souffle fort

réveille brusquement celui qui dort,

de ton bruit, ton son, ton souffle,… souffle, souffle, souffle.

 

 Eclate orage de désespoir,

de ta blancheur tu nous fait voir,

que puissante est ta colère, éclairs, éclairs, éclairs.

 

 Et toi, grande nature puissante

sous tes apparences merveilleuses,

tu nous donnes une vision désastreuse,

 et de cet égarement, tu nous ventes ».

AGNES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *