LA NORMANDIE

« De la Cote de la Hague, un phare nous attendait. les vagues se jetaient sur les falaises, le vent gelait nos joues. Cherbourg, ville connue pour ses parapluies mais pas seulement, …du haut de son cheval, Napoléon bras tendu, nous montrait la direction du port…

Des mouettes survolaient la pointe du Hoc, Millet, peintre connu, a su de ses yeux d’artiste peindre ce lieu avec perfection. Sur le bord de la falaise, une production était installée avec un texte de cet artiste : « … O encore je reviendrai… »

Classé monument historique, un platane de 33 mètres planté en 1797 a échappé aux destructions de la commune de Bayeux, capital de Bessin. Cet arbre se nomme « L’arbre de la Liberté »… Un véritable chef d’oeuvre art gothique au milieu de cette ville : la Cathédrale Notre Dame… Des maisons entre autre la vieille maison du 15è siècle située à l’angle des rues saint martin et des cuisiniers ont pu voir défiler des badauds dans les rues… Quant au musée de la tapisserie, bon nombre de visiteurs entrent sans frapper…

Le port de Bessin occupé depuis l’époque gallo romaine accueillit Guillaume le Conquérant. La tour Vauban bâtie en 1604, du haut de la falaise fut classé en monument historique…

Quel parcourt pour Guillaume le Conquérant ! né à Falaise vers 1027 duc de normandie à 8 ans, il réussit à s’emparer de la couronne de l’angleterre. Cet conquête fit de lui un puissant monarque de l’europe occidentale…..

 
Nous ne pouvons visiter la Normandie sans parler du débarquement, de la liberté, du Jour J : du 4 juin 1944…

En effet, des falaises aux plages, de UTAH à SWORD, à Arromanches, des compagnies américaines, canadiennes, anglaises et françaises ont débarquées. Des sites sont ouverts où nous pouvons voir des blocos, des canons, des chars, des traces de trous de bombes. Sans oublier la batterie de longues sur mer : circuit du débarquement..

Et à Sainte Mère Eglise… Ce John Steel, américain, parachutiste, resta suspendu au clocher, vous vous en souvenez…. Tout autour de lui, la bataille faisait rage, une balle l’atteignit au pied.. Il fit le mort et fut détaché par un allemand, embarqué, prisonnier puis s’est échappé… Il revint plusieurs fois dans cette commune… Vous pourrez toujours admirer le parachute sur le clocher…

La borne « KM0 » symbole du point de départ de la voie de la liberté est juste devant l’Hotel de Ville…

Dans les musées : des objets, des avions, des chars, des films, des écrits.. J’ai eu plaisir à voir, à découvrir certains objets, certains écrits.

Des vitrines m’attiraient : je contemplais tout le matériel que pouvaient utiliser les infirmières de l’époque. Je peux dire qu’avec certain instrument, oups, je ne suis pas sûr qu’à ce jour, je veille être soignée… Le corps médical a fait des progrès, je peux vous en assurer.

Un écrit : Perquisition pour un vélo ! Cela parait absurde peut être de nos jours, mais à l’époque, un vélo était un moyen de locomotion très précieux…

Je me suis arrêtée sur un écrit de témoignage, de mémoire et bien plus court qu’il ne l’était, voici ce dont je me souviens : « je n’avais que 16 ans, avec ma soeur nous allions traire les vaches, des bombes tombent de tous cotés. Ma soeur fut décédée sur le champ, je ne pouvais bouger mes jambes. Des soldats sont venus , m’ont receuillie, m’ont soignée, mes deux jambes ont du être amputées. Je ne sais aujourd’hui pour quelle raison ces soldats américains, anglais, se sont tant occupées de moi, j’étais leur mascotte, mais aujourd’hui sans eux, je sais que je n’aurais pas eu le courage de continuer à vivre.. » merci Yvette pour ce témoignage.

Les cimetières américains, anglais, canadiens, polonais, allemands montrent le nombre inimaginable de jeunes qui se sont battus…

Caen, ville très jeune et dynamique… Cabourg, le long de la plage, Marcel Proust aimait se promener.. Dans une chambre du Grand Hôtel, il avait plaisir à écrire..

Sur la plage : un texte reproduit un de ses écrits, de mémoire et je l’écris très court, je ne me souviens pas de tout son texte : « Les couleurs de la mer, du soleil et du ciel, ce mélange d’orange et de bleu, il ne manquait que du rose. Soudain de loin apparut Lucie, étrangement, vêtue de rose, il ne manquait que sa robe pour faire un parfait tableau de couleurs… »

Deauville, Trouville, Des petites « Canne » du Nord…

La côte fleurie : elle s’étend le long de la côte de la Manche de Hontfleur à Cabourg. Cette appellation provient de ses nombreuses et célèbres stations balnéaires et de la proximité de la compagne du pays d’Auge.

La Normandie… J’aurais tant à raconter mais il me faudrait un petit livret… J’ai énormément aimé ce voyage et j’ai encore tant appris, tant au niveau de l’histoire, que de la gastronomie, que de la géographie etc… 

Le dernier jour de notre voyage, un anglais John mange avec la nous à la table d’Hôtes.
Après discussions, il parlait bien le français, je lui ai demandé la raison de sa visite en France… Il m’a répondu avec toute simplicité et nous l’écoutions avec beaucoup d’attentions..

Il était sur les traces de son oncle Arthur, mort à 20 ans dans la bataille du débarquement. Après recherches de plusieurs années, il avait des copies de documents d’archives répertoriés en Angleterre. Arthur est bien dans le cimetière des anglais en Normandie. Il savait que son ongle avait reçu plusieurs balles mais il était sur un questionnement dont il n’a pas réponse et John cherchait réponses.

 
En effet, son oncle a reçu des balles sur le champ de bataille, à l’extérieur dans un champs. Si ce n’est qu’il a été retrouvé mort avec deux autres anglais dans une cave d’un château… Pourquoi ? que faisaient ils dans cette cave ? ont ils été torturés ?.. A ce jour, aucune trace pour répondre à son questionnement…
Ce sera peut être la première et dernière fois que je verrai la photo d’un jeune anglais, la photo d’Arthur, avec tous ses documents d’archives. Ce jeune, mort alors qu’il n’avait que 20 ans, pour libérer la France…
 
John, je souhaite qu’un jour une réponse t’aidera dans tes recherches…
 
 
Une amie voulait que je lui écrive pour lui parler de la ville de CAEN, voici ce que je lui avais alors écrit à travers mon mur facebook.

Mille ans d’histoire.. Une ville jeune.

En 911,… Caen n’existe pas encore. Guillaume le Conquérant avant la conquête de l’Angleterre avait édifié des remparts. Résidence des ducs de Normandie et rois d’Angleterre, le Château en témoigne. Les remparts, les vestiges du grand donjon, la Salle de l’Echiquier… Nous offrent une vaste promenade dans le temps. D’ailleurs le Musée des beaux arts déploient des collections permanentes.

C’est en rachat de l’irrégularité de son mariage avec Mathilde de Flandre que Guillaume le Conquérant fonde vers 1063 l’Abbaye aux Hommes. Epargné par la révolution française et lors des bombardements, il conserve un remarquable décor de boiseries, tableaux et ferroneries, un superbe cloitre style toscan.

La révolution chasse les moines. Plus tard, les bâtiments sont affectés au lycée de garçons. En 1965, l’ancienne abbaye aux hommes devient le siège de l’Hôtel de ville de Caen, l’un des plus beaux de France encore à ce jour.

Fondée vers 1060 par Mathilde l’abbaye aux dames. Cette abbaye bénédictine abrite jusqu’à la révolution des jeune filles issues de l’aristocratie normande. Au fil des siècles, ce couvent se dégrade. Ce n’est qu’au début du 18è siècle qu’une abbesse entreprend sa reconstruction. Lors de la révolution, le couvent ferme et est aménagé en caserne. durant toutes ces années, ce couvent fut utilisé pour d’autres fins. En 1983, le Conseil régional de basse normandie rachète les bâtiments. Plusieurs années de travaux ont du être réalisés. Un lieu chargé d’histoire.

L’église abbatiale, chef d’oeuvre de l’art romain normand. L’architecture influence la construction des abbayes en angleterre. Cette église, véritable richesse dans sa sculpture.

A Caen, ce qu’il faut savoir c’est que la pierre a nulle autre pareille. En effet, la pierre de Caen est une roche calcaire aux qualités reconnues. Couleur ocre, facile à tailler. A ce jour, cette pierre est à nouveau extraite pour alimenter les grands chantiers de restauration..

 
Le mémorial de Caen : cité de l’histoire pour la paix.

Nous avons passé six heures dans ce mémorial et à aucun moment nous nous sommes ennuyés.

Le succès du mémorial repose au départ sur la volonté de son inspirateur : Monsieur Jean Marie Girault.

Caen bombardée lors de l’été 1944, ville martyre de la libération, méritait qu’un hommage à la mesure de ses souffrances lui soit rendu. Le fil conducteur de l ‘action de ce mémorial reste néanmoins celui de la réconciliation.

Un parcours particulièrement intéressant, par exemple :

le débarquement et toute la bataille de normandie, en films, en témoignage
guerre mondiale et toutes ses explications, en reportage
les camps de concentration, en films, en témoignage, en explication
taches d’opinions
actualité du monde à travers des dessins ETC…

Cet esprit, propre au mémorial de Caen vous guidera à travers les différentes étapes de l’histoire pour la paix…

En dehors du mémorial : dans une grande vitrine : des citations. J’en ai relevé deux, (non pas de mémoire, je ne les ai pas apprises par coeur, mais je les ai recopiées sur mon dos de carnet de chèques) je vous en fais profiter :

« La douleur m’a brisé. la fraternité m’a relevé. De ma blessure a jailli un fleuve de liberté »

« La guerre est la mort
la paix, la vie
la liberté, l’espoir »

Lorsque nous avons continué notre chemin, Caen est une ville jeune, très dynamique et animée, les universités immenses et modernes. Vous aurez plaisir à cheminer dans cette ville qui ne se livre pas au premier regard.

Je m’arrête ici mon récit sur la ville de Caen, j’ai toujours plein de choses à raconter…

 
Et pour vous tous lecteurs, j’espère que vous avez eu plaisir à me lire… mon récit vous guidera peut être à aller visiter la Normandie… »
Agnès
 

Une réflexion au sujet de « LA NORMANDIE »

  1. la Normandie une très région riche en histoire, histoire pourtant que nous nous serions bien passés, tant de morts, tant de familles déchirées, tant de gens marqués à vie et dans ces lieux de souvenirs que nous pouvons visiter les gens respectent ces endroits et c’est bien souvent un grand silence qui s’y fait, j’ai vu toutes ces choses aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *