La rose

« Allez vous laisser la rose parfumée,

mourir avant l’été,

la rose toujours gaie,

qui ne cessait de penser.

 

Cette pauvre rose va nous quitter,

ses pétales se sont détachées,

mais son cœur reste éveillé.

 

Une rose sans épine, jamais,

partira-t-elle avant l’été,

pauvre rose étendue sur son lit,

ses cheveux dorés sont devenus gris.

 

Son regard délavé, ses mains ridées,

peu à peu s’efface son âme,

dormez bien madame,

dans votre balade, vous allez marcher.

 

Adieu madame, plutôt, à bientôt

Vous, la rose des étés,

je reviendrai vers vous, la rose si gaie. »

Agnès

 

Une réflexion au sujet de « La rose »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *