La chandeleur

« Sur le nez de la blanche farine,
les oeufs se sont entrechoqués,
le saladier, attend, reste clean,
dans l’attente, le lait a tourné.

Les fils de la spatule, se mettent à danser,
l’épaisse pâte se mit à frimer,
devenant fine avec un aspect lisse,
  bulles d’air à la surface se hissent.

Vole petite crêpe, vole, vole, mignonette,
retombe gracieusement dans l’assiette,
enrobe toi d’ingrédients sucrés,
ou peut être préfères tu le salé ?

Vole petite crêpe, vole, vole,
si légère, dore des deux cotés,
tu seras, pour notre soirée, à l’honneur,
Belle crêpe ronde, ce jour de la chandeleur… »
Agnès

Une réflexion au sujet de « La chandeleur »

  1. J’ai bien fait de passer pour lire ce poème aussi léger que la crêpe qu’il évoque !
    C’est vraiment une douceur de l’hiver, ces crêpes accommodées de diverses façons.
    Très bon week-end avec peut-être ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *