je lui parlais

 

Un jour, au milieu d’un champ
se dressait un arbre sur le versant,
la forme de ses branches m’intriguait,
d’un élan, le champ je traversais.
 
A l’approche de mes pas, solitaire,
une à une la musique des ailes,
s’envolait vers le soleil et la plaine,
l’arbre devint nu, laissant traverser la lumière.
 
Il ne donnait sa véritable beauté,
qu’aux oiseaux qui le veillaient,
observant l’horizon, doyen de la nature,
l’arbre sans feuille, absorbait les murmures.
 
Tous les soirs, près de lui, je me rendais,
les oiseaux ne s’envolèrent plus,
ils attendaient tous ma venue,
jusqu’à ce jour, un matin…
 
Dans ce champ, je ne suis retournée,
l’arbre, par une tempête, s’est couché,
d’une plume ramassée, j’ai dessiné,
ce chêne et ses oiseaux que j’aimais. »
Agnès 

5 réflexions au sujet de « je lui parlais »

  1. Quel beau texte! J’aurai aimé voir cet arbre. Il y a comme une caresse, un léger souffle d’amour entre toi et lui.
    Il est tendre ton monde Agnès.

    Merci d’avoir mis ton lien sur FB.

    Je t’embrasse.

    Belle journée

    EvaJoe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *