Ma poupée de Noël….

Parce que les jours approchent.. tous les petits lutins s’activent, ils vont, ils viennent, ils n’arrêtent pas et surtout ils ne dorment plus.. Les lettres des enfants affluent. Toi, es tu sur la liste des enfants sages ? oups, en vérité, moi, petite, je ne l’étais pas toujours, il me fallait faire quelques bêtises, sinon, ce n’était pas rigolo…
Mais lorsque vint la période de Noël, durant quelques jours, oui, quelques jours seulement car c’était long quelques jours, je restais sage, je savais que le Père Noël me regardait…
Je me rappelle d’un matin de Noël, j’avais demandé une poupée et que vis je sous le sapin, un haut carton entouré de papier vers ma chaussure… Le Père Noël ne m’avait pas oubliée.
Cette poupée était grande, blonde, elle marchait en tournant la tête, je m’amusais tout le temps avec elle…
Mais l’histoire n’est pas finie.
Nous avons déménagé. Les cartons un à un se remplissaient. En déballant les cartons, je pensais bien revoir ma poupée.
Dans aucun… elle n’apparaissait.
Mes parents pensaient, sans accusation, qu’un des déménageurs l’avait récupérée, mais ne pouvaient rien faire sans preuve.
Alors, je me rappelle avoir dit à mes parents : « ce n’est pas grave, Laura, ainsi je l’avais appelée, profitera à une autre petite fille… »
Et plus de 40 ans après, dans cette période de Noël, je pense toujours à ma poupée qui a dû faire plaisir à une enfant. Agnès

De quelle mer s’agit il ?

D’un seul oeil dormir,

de son cerveau à moitié réveillé,

le dauphin remonte à la surface et respire.

 

Les poulpes pour se défendre,

change de couleur ou crache de l’encre noire,

de sa beauté, il ne faut pas s’y méprendre.

 

Dans les anémones de mer,

joue le poisson-clown, dans les tons orangés,

par les enfants, il est admiré.

 

Mais qui est donc est le diable des mers ?

la plus grande des raies

avec ses nageoires, elle a l’air de voler.

 

Jusqu’à 150 ans, sans être pressées,

peuvent vivre certaines tortues des mers,

et nagent plusieurs heures en apnée.

 

Si la plupart des crabes marchent sur le côté,

c’est qu’ils ne savent pas où aller,

cherche plutôt pourquoi ce que j’écris là est faux.

 

Le secret de la mer, de quelle mer s’agit il ?

L’une des plus chaude de la terre,

Où logent des poissons de toutes les couleurs… »

Agnès

 

Prends le temps…

Et toi, prends le temps
le temps de t’arrêter,
le temps de regarder,
le temps d’aimer…

Prends le temps de grandir,
il t’attendra ton avenir,
le chemin, tu le construiras,
prends une pause à chaque pas…

Prends le temps d’écouter,
la rivière, sur les cailloux, glisser,
Prends le temps de toucher,
une âme blessée.

Prends le temps de sourire,
ne te laisse pas mourir,
sens le battement, il vient te dire,
ton coeur peut repartir…

Prends le temps d’aimer,
beau sentiment qu’il ne faut oublier,
tout le monde trop vite court,
prends le temps, pour toujours… »
Agnès

Une histoire vraie sur notre commune… un petit âne…

« Allez hop les années passent mais ce n’est pas une raison pour laisser s’envoler les légendes ou les histoires…

Parce que vous devez connaitre : « Ecoutez cette histoire que l’on m’a racontée, du fond de ma mémoire, je vais vous la conter, elle se passe en provence…. le petit âne gris…
Bien triste histoire à la fin, les larmes caressent nos joues…
Et bien, j’ai une triste histoire vécue aussi à vous raconter d’un petit âne…
Ce n’est pas, il était une fois… Mais… Il était un âne, un joli âne logé dans notre commune entre le Peuil et Savoyères, pour ceux qui connaissent les lieux, se repéreront de suite,
Alors que la chasse est ouverte, ce bel âne, comme à ses habitudes se promenait dans la montagne, dans la forêt, dans la nature, quoi de plus naturel ?
Un jour d’automne de cette année, alors que les chasseurs tiraient sur tout ce qui bougeait sans vraiment prendre garde, notre pauvre petit âne revint à son bercail une balle dans son corps…
Bien sûr, aucun chasseur n’a voulu dire par exemple : « par inadvertance, j’ai tiré, je n’ai pas vu que c’était un âne, je l’ai confondu à un chevreuil ou à un marcassin…. » Non, tous les chasseurs se sont tus. Et bien sûr chacun a pu dire : « ce n’est pas moi… »
Pauvre petit âne ferma ses yeux, comme l’âne de la chanson, il est peut être mort sans adieu…
Grand silence, de cette petite histoire il ne faut divulguer, certaines publications se sont même faites réprimander…
Et pourquoi ? pour protéger les chasseurs ?
Tout cacher, comme la maison des chasseurs construite sans permis de construire…
Un petit âne… et s’il était un enfant, un adulte… L’aurions nous également mis sous silence ?… Et quand bien même ce soit un âne… Pourquoi ne rien dire…?
Puisqu’il ne faut rien dire alors j’écris… »

Agnès

Evénement du ciel : la lune se rapprochant de la terre…14/11/2016

« Comme ici la lune ne pouvait se montrer… Aucune photo, je ne peux dévoiler…. Quelques nuages l’en empêchaient, je vais écrire quelque chose….
 
Pleine lune grosse grosse de 2016…. vient embrasser la terre…
Elle brillait mais plus ailleurs, peut être dans un ciel plus pur.
Certains pouvait remarquer les étoiles, claires, scintillantes.
La lagune réfléchissait comme un miroir.
Les manteaux blancs des montagnes au dessus des nuages brillaient de mille feux.
Des exclamations douces, d’autres plus aigües.
Les uns, les autres, le regard vers le ciel se tenaient la main.
Pour certains, c’était la première fois.
La lune éclairait tellement qu’on se serait cru en plein jour. Il y avait des arbres. Ces arbres se différenciaient sous d’autres formes.,
Une forme élancée du tronc et grand plumeau sur le sommet.
Nuit de lumière, nuit d’un paysage plus éclairé, paysage que nous ne pouvons que, imaginer…..Si comme moi, la lune, hélàs, vous n’avez pu la regarder…
Le ciel ne m’a pas permis d’avoir eu droit à la première fois… »
Agnès

le monde du handicap

Tu ne connais ce que tu as entre les mains,
pouvoir prendre un stylo, cueillir quelques fleurs,
c’est si facile avec nos doigts, chaque jour, chaque matin
observe celui qui n’en a point, tu ne connais ton bonheur.

Tu ne connais ce que tu as dans les jambes, dans les pieds,
pouvoir sans difficulté, d’un lit, d’un fauteuil te lever,
sans réfléchir, ces gestes au quotidien, tu le fais,
observe celui qui se bat pour se mouvoir, ton bien etre, tu ne connais.

Dans la tete, tu ne connais,
pouvoir parler, voir, entendre, toucher…
c’est si facile nos sens ne sont abimés,
observe celui qui n’en a pas, lui… il te connait..

De notre bonheur, prenons conscience,
nos petits maux ne sont déficiences… »
Agnès

le jeu la lettre H….

top-chef[1]

 

Dans sa kitchnette Haykal,

pense à se rendre au bal,

chacun doit apporter un plat,

avec la première lettre de son prénom !

il va confectionner… vous verrez quoi,

avec son ami le héron.

 

Il réfléchit :

Haricot : non

Halouf : non

Hachis : non

Huitre : non

Hareng : non

 

Il tourne en rond, il tourne en rond,

regarde autour toute son habitation,

il en perd son haleine,

halte au feu ! une aubaine…

 

Aujourd’hui, pense t il, tout le monde est pressé

je vais confectionner un hors d’œuvre,

sans insérer de poulpe ni meme de pieuvre,

le H de chez nous, avec des aliments frais….

 

Hamburgers savoyards au lard fumé,

fondue d’oignons au Xérès et Tomme de Savoie 

pour la pate à buns : 

500g de farine T45 que vous aurez pris soin de tamiser
1 cuillère à soupe de sel
2 cuillère à soupe bombées de sucre en poudre
25cl de lait tiède
2 jaunes d’oeufs
La moitie d’un cube de levure de boulanger fraîche
100g de beurre mou
1 jaune d’oeuf dilué avec un peu d’eau pour la dorure
1 cuillère à soupe de graines de sésame grillées
1 cuillère à soupe de graines de pavot
 
Pour la sauce :

1 jaune d’oeuf
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
Huile d’arachide ou de tournesol
1 demie cuillère à café de vinaigre blanc
sel et poivre du moulin
1 cuillère à soupe d’oignonsfrits 
1 belle grosse échalote ou 2 moyennes
1 cornichon Malossol 
1 cuillère à soupe de sucre 
1 bouquet de ciboulette
 
pour la garniture : 

4 steaks hachés
2 oignons jaunes
1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérès
1 cuillère à soupe de sucre en poudre
12 tranches très fines de lard fumé de Savoie 
8 tranches de fromage tomme de Savoie 
 
Ils ont gouté ses hamburgers savoyards,
 
sa recette ? bien sur, tout le monde le lui a demandé,
 
le H de son prénom lui a valu un vif succès…. »
 
Agnès
 

le jeu : recette avec la lettre F

De 3 à 17… la recette du nombre de lettres….

D’abord ne cherchez pas le F en 2….

C’était une histoire sans fin (3)

le personnage restait figé (4)

devant cette belle, au fond de la foret (5)

le corps inerte, les yeux fermés (6)

 

De cette petite famille (7)

la sorcière foudroya (8)

l’enfant, de sortilèges fabriqués (9)

la cour resta au château fidèlement (10)

 

Le prince devant cette fandreluche (11)

pris son épée, cette sorcière frictionnant (12)

la tua d’un seul coup, fantastiquement (13)

tous, s’en sortir de ces fripouilleries (14)

 

Et les fées ? (4 lettres, mince !… déjà utilisées).. frauduleusement (15)

vous les rencontrerez avec familiarisations (16)

A 17, si je continuais, ce livre de recette avec des « F »,

elles feuilletiseraient…. »

Agnès

 

 

 

PAS SIMPLE !?…. LES PONCTUATIONS

 
 
Un trait sur un point
Oups, surprise et admiration
Un point d’interrogation
Incertitude ? Une question ?
Sur le petit tableau noir,
j’invente un texte, une histoire.
 
Avec sa jolie forme, la virgule,
j’impose ou propose des pauses,
je bascule sur le point virgule,
respire et continue la prose.
Quant à l’énumération ou la citation,
l’un sous l’autre, m’aident les deux points.
 
Puis, soudain, trois points de suspension,
aille, ouille, hé, une suite, une hésitation,
inventé par Guillaume, dit guillemet,
je cite un texte ou insiste sur le mot souligné,
ne point abuser des parenthèses,
elles compliquent la lecture des thèses.
 
Si je souhaite faire entrer des personnages,
les tirets se mettent en rang sous les phrases,
afin de commencer mon chapitre,
des majuscules dansent sur mon pupitre.
Tout énuméré, je reprends et relis,
mes mots un à un sont alignés ! point fini. »
Agnès

Jeu : une recette avec la lettre E

La recette des étoiles

Prenez sans couvercle un grand récipient,

allez chercher à l’extérieur un nuage de gaz et poussière,

délicatement, glissez le, sur le bord avec une cuillère,

Eteignez chauffage et lumière, maintenant.

Les premiers embryons se sont condensés, cataclysme !

une pincée d’azote, d’oxygène, de carbone, ajoutez,

s’enrichit, dans votre récipient, une voie lactée,

un peu de silicium ou du fer, tournez votre soupe cosmique.

Vous donnez un nom : grande ourse, carène du navire, Cassiopée

Le plus grand, de ses rayons ardents, notre jour, éclaire,

les autres se tiennent à la limite de détection de l’œil nu dans l’obscurité

Vous venez de fabriquer.. Le soleil et des étoiles de notre univers…. « 

Agnès