Archives

fin de l’été

« Les longs soirs d’été se terminent
la fraîcheur, une petite laine,
dans la lueur de la plaine,
des visages font tristes mines.

Les papillons s’entremêlent encore,
Quelques badauds sur le port,
Dernier parfum des lavandes,
Le soleil se couche sur les landes.

Les routes vont à nouveau être bondées,
dans les villes, les pas arpenteront les rues,
les humains se sentiront stressés,
l’été s’enfuit et de nouvelles lois en vue.

Les rêves, la détente, le bien être,
ne seront que son d’une trompette,
reprenons le chemin pour une année,
puisque nous avons pris l’énergie sur un été.

Les écoliers sont tous prêts,
le premier jour peut devenir
joie, angoisse, sans signe particulier,
racontant les vacances en souvenir. »
Agnès

JEU ANNUAIRE POUR LES NULS abécédaire LA LETTRE B : Objet, ville, pays, fleurs etc….

 

 

AgfaPhoto

BARBECUE

Ensemble, marchons dans les sentiers,

prenons une pause pour nous rafraichir et déjeuner,

des cailloux, un peu de bois sec, une grille transportée,

préparons le feu de l’amitié pour nous régaler.

Réunissons nous autour de ce feu, l’air est frais,

sentons l’odeur de ces viandes et légumes grillés,

partageons ce délicieux repas sans mondanité,

sans chichi, ni tralala, un petit bout de simplicité.

Que cet humble barbecue soit accompagné,

de joie, de rire, oubliant nos soucis un instant,

racontons de belles anecdotes d’antan,

et apprécions le goût dans notre palais.

Barbecue, rien d’original, si ce n’est,

qu’un court moment,

en écrivant, et vous en me lisant,

ensemble, un barbecue, nous avons partagé.. « 

Agnès

 

« Demain…. Vendredi 13… »

AgfaPhoto

 

« De génération en génération, les légendes racontent que la peur du nombre 13 daterait de l’antiquité, ou la crainte du vendredi 13 serait issue d’un fait religieux…..

Jadis : bien des choses étaient basées sur le nombre 12 : 12 heures de jour, 12 heures de nuit, 12 travaux d’Hercule, 12 signes du zodiaque, 12 lunes de l’année…..

Une superstition : vendredi 13 : certains craignent ce jour, d’autres le considère comme porte bonheur….

Quelque soit le ressenti de chacun, je vous offre un autre porte bonheur : un trèfle à cinq feuilles… rares sont ceux à quatre feuilles, ceux à cinq feuilles aussi….

Mais quel rapport entre le vendredi 13 et le trèfle  ?….. simplement un petit cadeau de bonheur pour demain… »

Agnès

Automne

L'automne

 

Saison de couleurs, saison de champignons,

Où m’emmènes tu sous les bois à cette saison,

Regarder les feuilles tomber où le vent a soufflé,

Admirer les animaux se faufiler dans la forêt ?

 

Saison de truffes, de vins, de noisettes,

Où m’emmènes tu dans ta grande cuisine,

Concocter des plats, des recettes secrètes,

Dont chacun de tes mets,  je n’imagine ?

 

Saison d’artistes, de compositeurs, de littérature,

 Où m’emmènes tu dans ces différentes galeries,

Découvrir des pages s’embrassant par des reliures,

des images dégageant l’odeur d’une nature infinie ?

 

Saison de printemps du début de l’hiver,

Où chacun va s’endormir sous un ciel couvert,

Douce saison qu’est l’automne. »

Agnès

 

La pluie

« De la boue, tout autour de nous,

l’eau ruisselle sur les rochers,

mes lunettes embuées, je vois flou,

tous nos membres sont gelés.

De son large rideau, la pluie tombe à flot,

les nuages enroulent nos corps,

perdus, nous sommes encore.

 Nos cheveux mouillés tombent sur nos visages,

En face, ne se dessine plus aucun paysage,

nos petits pieds glissent sur les pierres,

aucun d’entre nous, ne peut revenir en arrière. »

Agnès

Le printemps

Photo : "Avec un appareil photo plus moderne que celui que je vous ai présenté en dessous, je vous offre les trois premières fleurs de mon cerisier. Elles se sont ouvertes en trois jours.. les autres vont suivre..." Agnès

« Ce matin, au petit jour, un rayon pointait sur ma fenêtre,

Je me suis vite levée, en peu de temps, j’étais prête,

Appréciez ce moment qui nous sourit,

Les fleurs ravivent notre coeur et notre esprit… « 

(photo : prise par mes soins) Agnès

Agnès

 

 

premier automne

« Les rayons du soleil

réchauffent la terre, timidement,

les nuages avancent lentement,

douce matinée en éveil.

 

 Les arbres, de leurs branches dénudées,

nous annoncent une nouvelle saison,

l’automne reprend sa place, me dira-t-on,…

un des cycles de chaque année.

 

 Automne, ton paysage de couleur,

 inspire les peintres, sur leur toile,

 les oiseaux emmigrent ailleurs,

les bateaux ramènent leurs voiles.

 

 Par tes multiples senteurs,

je m’abandonne, rêveur,

belle époque, tu nous procures,

un bien être de la nature. »

Agnès

 

Agnès

vole, souffle…

« volent les tuiles, les branches,

volent les tables, les chaises blanches,

autour de toi, tout s’envolent, volent, volent, volent

 

 souffle le vent, souffle fort

réveille brusquement celui qui dort,

de ton bruit, ton son, ton souffle,… souffle, souffle, souffle.

 

 Eclate orage de désespoir,

de ta blancheur tu nous fait voir,

que puissante est ta colère, éclairs, éclairs, éclairs.

 

 Et toi, grande nature puissante

sous tes apparences merveilleuses,

tu nous donnes une vision désastreuse,

 et de cet égarement, tu nous ventes ».

AGNES

« Les écureuils ont dissimulé des noix,

le vent amène petit à petit le froid,

les arbres commencent à se dénuder,

sans complexe, les branches deviennent allégées.

 

 Déjà partis, les oiseaux migrateurs,

ont rejoint le soleil, la zone d’équateur,

crépitent dans les poêles, les marrons,…

cuisent dans les marmites les champignons.

 

 Les nuages passent, pleurant du ciel,

gris, annonçant de tristes nouvelles,

tous les animaux cherchent un abri,

la xième saison d’automne ressurgit.

 

 Jaune, marron, orange, vert, rouge,

belles couleurs de notre dame nature,

s’appliquant dans ses robes et de fière allure,

où s’installe le silence, où peu d’âme ne bouge. »

AGNES

petit flocon

Photo : Il neige sur Grenoble Presque bien au chaud au bureau !!!!!!

 

« Petit flocon, des courbes tu nous fais,

tu viens errer sur mon nez,

de ma chaleur, tu fonds, solo,

ruisselant comme une goutte d’eau.

 

 Petit flocon, tu te glisses le long de l’herbe,

recouvrant le vert par ta valeur,

tu nous incites à réciter des proverbes,…

 mais notre récit devient bafouilleur.

 

 Petit flocon, tes semblables couvrent les pierres,

les enrobant, devenant invisibles,

empêchant le gel de la terre,

 comme un processus irréversible.

 

 

 D’un coup de pinceau, sur une toile,

petit flocon, miroir d’une étoile… »

(photo : Anna Derrendinger) AGNES